Historique

de Goulven

            abitée depuis la préhistoire, la commune de Goulven est issue du démembrement de la paroisse primitive de Plouider et cela dès le haut Moyen-Âge.

Son histoire est essentiellement liée à celle du saint qui lui donne son nom: Saint Goulven qui signifie en breton la colombe blanche. Ainsi, les toponymes ont conservés le souvenir de sa vie: Pénity, le lieu de la pénitence, le Désert, le lieu où l'on se retire au calme, Costadraon (Croaz-an-Draon "La croix du bas"), Gouerven (Croaz-ar-Gouerven "la croix du ruisseau blanc") et Kerargroas, les lieux où se situaient les croix au pied desquelles Saint Goulven priait chaque jour et Kermaden, du nom de son disciple Maden.

Appellations de la commune: Goulhen en 1448 - Sanctus Golvinus en 1467 - Goulhen en breton.

 

La légende fondatrice


                 u VIe siècle, Glodan et sa femme Gologwen, venant de Grande Bretagne, abordèrent la côte du Léon. Surpris par la nuit alors qu'ils cherchaient un gîte, ils s'adressèrent à un paysan qui les chassa. Ainsi ils durent se coucher à l'abri des arbres et ce fut en ce lieu que Gologwen accoucha d'un fils nommé Goulven. Le lendemain, le père partit à la recherche d'un peu d'eau pour désaltérer la mère et laver le corps de l'enfant nouveau-né. Mais il se perdit et erra toute la journée. Avant de rejoindre sa femme, il se tourna vers Dieu le suppliant à genoux. Sa prière à peine terminée, une eau pure et claire jaillit, et en cette eau, l'annonce prophétique de ce que devait être son enfant.
            Touché de compassion pour cette famille, Godian (= Gozian) - qui a laissé son nom au village de Kerouzien -, un riche homme craignant Dieu prit la famille sous sa protection et devint le parrain et le père adoptif du Saint. Plus tard, l'éloquence du jeune Goulven, sa sainteté et ses miracles attirèrent chez son parrain des foules de plus en plus nombreuses. Devant cette réputation, Saint Goulven choisit de se retirer dans un endroit solitaire où il bâtit une maison en forme d'oratoire appelé pénity (du breton penet-ty, maison de pénitence).
              En remerciement d'une victoire remportée sur les pirates normands, le comte Even, comte du Léon, fit bâtir une église et donna à Saint Goulven autant de terre qu'il pourrait parcourir en une journée. A chaque pas que Saint Goulven fit, un talus de terre s'éleva. Ce territoire ainsi délimité fut appelé minihi ou asile de Saint Goulven.
               Quelques arpents en furent donnés à son compagnon Maden autour de Kermaden.

 

Dans un fond, à peu de distance de la mer; à 5 lieues 1/4 à l'O.-S.-O. de Saint-Pol-de-Léon, son évêché; à 43 lieues 1/2 de Rennes et à 1 lieue 3/4 de Lesneven, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse relève du roi et compte 600 communiants. C'est un prieuré qui est présenté par l'évêque. Ce territoire, borné au nord par une grande anse pleine de sable, que la mer mer couvre à toutes les marées, et dans laquelle se voit une chapelle qui passe pour très ancienne, est un des plus fertiles de ce diocèse. Mais si le sol est bon, il faut avouer que les habitants le cultivent avec beaucoup de soins et d'exactitude; il est peu de paroisses où l'agriculture soit perfectionnée comme dans celle de Goulven.

Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne  - Edition 1843

Par Jean Ogée, A. Marteville, Pierre Varin

H

A

© 2011-2020 Goulven-Découverte

Sentiers & Patrimoines

Contact

Mairie - Bourg - 29890 GOULVEN - France

Annexes
Suivez-nous sur Facebook!

 

www.facebook.com/goulvendecouverte

  • Facebook Clean Grey